browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

L’épopée du retour…

Posted by on 10 juillet 2016

À en croire les rencontres au cours de notre périple, la grande question autour du tandem est “comment fait-on pour pédaler en étant synchronisé ?”. La vérité est que la question fondamentale autour du tandem est “comment déplacer le tandem quand on ne pédale pas ?”, à savoir en voiture, en train ou en avion.

Hélas, trois fois hélas, la réponse à cette question est nettement moins simple qu’il n’y paraît. Surtout lorsqu’on fait appel à un service estampillé SNCF.

Sur le papier, pourtant, tout allait bien : nous avions réservé, auprès du Service Bagages de la SNCF, un voyage pour le tandem entre Bayonne et Nantes ; un transporteur viendrait le chercher mercredi 6 juillet entre 8h00 et 13h00, et viendrait le livrer vendredi 8 juillet entre 8h00 et 13h00. De notre côté, nous avions prévu de retourner à Nantes en train le jeudi 7 juillet.

Mercredi 13h15 : nous appelons le service bagages de la SNCF pour leur dire que le transporteur n’est toujours pas passé et que, accessoirement, cela fait cinq heures que nous attendons dans une chambre d’hôtel avec un petit de deux ans. Au bout du fil, la dame répond qu’elle va contacter le transporteur.

photo prise par PetitLait dans la chambre d'hôtel

photo prise par PetitLait dans la chambre d’hôtel

Mercredi 15h00 : le transporteur est là (avec deux heures de retard, donc), mais il refuse de prendre le tandem, car celui-ci n’est pas emballé. Il promet néanmoins de repasser le lendemain entre 10H30 et 11h00. Du coup, je vais acheter deux rouleaux de film alimentaire, avec lequel je larde le tandem.

Jeudi 11h00 : le transporteur embarque le tandem. Nous partons pour la gare afin de prendre notre train, et arrivons à Nantes peu avant 22h00.

Vendredi 14h00 : nous appelons la SNCF, qui nous dit que le transporteur n’a pas eu le temps de venir entre 8h00 et 13h00. Ça nous fait une belle jambe de savoir ça. En plus il a notre numéro, il avait donc la possibilité de nous appeler. La dame me dit que la livraison est prévue entre 13h00 et 17h00. Je lui rappelle que contractuellement la plage était 8h00-13h00 : la moindre des choses aurait été de nous tenir au courant. Elle dit qu’elle va envoyer un mail au transporteur pour qu’il s’active, mais qu’elle ne peut pas le contacter autrement.

Bayonne

Bayonne

Vendredi 15h30 : nous rappelons la SNCF pour avoir des nouvelles. Au bout du fil, le monsieur dit qu’il n’a pas plus d’information et qu’il faut continuer à attendre.

Vendredi 16h00 : le téléphone sonne, c’est le transporteur qui est arrivé. Je vais chercher le vélo, et, un peu énervé, je demande au chauffeur du camion pourquoi il n’a pas appelé pour dire qu’il serait en retard. Il m’explique que le tandem est arrivé à Nantes à 14h00, et qu’il n’était pas prévu qu’il le livre entre 8h00 et 13h00. Tiens donc. Il me dit aussi que la SNCF a bel et bien accès à toutes les informations de suivi des objets transportés et à toutes les coordonnées du transporteur.

Conclusion : quand la SNCF nous dit que le transporteur n’a pas eu le temps de faire la livraison, ce sont des mensonges. Quand la SNCF nous dit qu’elle ne peut pas contacter le transporteur, ce sont des mensonges. Quand la SNCF nous dit qu’elle ne peut pas nous donner d’information, ce sont des mensonges. Quand la SNCF nous vend un horaire de livraison, elle n’a aucune assurance qu’il sera respecté. Finalement, avec le service bagages de la SNCF, la seule chose qui fonctionne bien, c’est le paiement.

Nous ne pouvons que vous encourager à ne pas faire appel à ce service. Pour la prochaine fois, on prendra soin d’emballer le vélo, mais surtout, on évitera le service bagages de la SNCF.

Bilan de ces journées :

  • beaucoup d’attente
  • un peu d’énervement
  • de nombreuses heures de train pour retourner à Nantes, dont une petite dizaine d’épisodes de Shaun le mouton visionnés par PetitLait sur Bordeaux-Nantes
  • un génocide d’insectes sur la route pour rentrer à la maison
le porte-tandem à l'arrivée : berk

le porte-tandem à l’arrivée : berk

« « Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux : de Vieux-Boucau-les-Bains à Bayonne| Métaphysique de la longue distance » »

One Response to L’épopée du retour…

  1. Bertouille la Fripouille

    Vive le temps de travail a la SNCF…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *