browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Métaphysique de la longue distance

Posted by on 5 septembre 2016

Rien de tel qu’un petit défi perso pour se bouger les fesses. En l’occurence ici, une sortie longue à vélo.

Vendredi 2 septembre, à 7h10, le soleil vient de se lever et je donne mes premiers tours de pédale, direction Grathem, dans le Limbourg. Grathem, c’est là où se trouve notre chambre d’hôte préférée, tenue par Jackie et Simon. Nous y sommes déjà allés trois fois, en particulier l’année dernière dans le cadre de notre voyage en tandem.

J’ai préparé mon itinéraire et la maison de Jackie et Simon se trouve à 182km. Sur mon téléphone, le GPS m’indique une distance de 145km à vol d’oiseau. Ça pique. En même temps, j’avais parlé de sortie longue, non ?

L'autoroute entre La Haye et Amsterdam dès potron-minet

L’autoroute entre La Haye et Amsterdam dès potron-minet

Les trente premiers kilomètres sont familiers, c’est là que je passe le week-end quand je vais faire des tours à vélo.

Le village de Stompwijk au lever du soleil

Le village de Stompwijk au lever du soleil

Puis c’est Gouda (oui, ça a un rapport avec le fromage), suivie d’une petite route le long d’un canal. Alors que le compteur affiche 50km, je m’arrête pour manger un des sandwiches que j’ai emmenés. De l’autre côté du canal, il y a un champ avec un moulin et son petit frère.

Fratrie de moulins

Fratrie de moulins

À Schoonhoven, je dois prendre le bac pour traverser le Lek (c’est un bras du Rhin). Sur Google, j’avais repéré la présence d’un petit snack pour acheter à boire et à manger si besoin. Mais le snack a un petit souci.

Ravitaillement compromis

Ravitaillement compromis

Et comment je fais maintenant ? Très facile en réalité, je tourne la tête et me dirige vers un restaurant de l’autre côté du parking. J’achète une bouteille d’eau et un sandwich jambon-fromage.

Ici, vous devez sans doute vous imaginer un sandwich digne de ce nom, à savoir une demi-baguette dorée et croustillante, sortie du four moins d’une heure auparavant, qui déborde de petits cornichons, de généreuses tranches d’emmental fermier et de gros morceaux de jambon cuit à l’os.

Je me console en me disant que ça va remplir son rôle, à savoir alimenter mes guiboles

Je me console en me disant que ça va remplir son rôle, à savoir alimenter mes guiboles

L’étape suivante, c’est une douzaine de kilomètres le long d’une nationale. C’est là que je commence à regretter de ne pas avoir pris des écouteurs, parce que douze kilomètres de ligne droite au milieu des champs, c’est interminable. Et comme il y du vent, le moral en prend un coup.

À Gorinchem, je traverse la Merwede, un autre bras de la Meuse et du Rhin, et j’atterris à Sleeuwijk. Et ce nom me dit quelque chose. La piste cyclable, sur la digue, avec les maisons en contrebas, est tout aussi familière. C’est en voyant le petit port de plaisance que je me rends compte que c’est l’endroit où nous sommes passés l’an dernier après avoir quitté Dordrecht… Je reconnais aussi la petite cabane qui nous avait protégés du vent pendant le pique-nique.

Le souvenir de ce fabuleux voyage m’accompagne alors quelque temps.

une petite video pour passer le temps

Un peu plus loin, je m’arrête à une station-service pour acheter de l’eau et un sandwich pour le déjeuner. J’ai déjà fait plus de 120km et je commence à ressentir de la fatigue. Une pause pique-nique sur un banc me fait du bien.

Au moment de repartir, je suis un peu reposé, mais mes jambes n’ont plus de jus et ça devient difficile d’avancer à une vitesse correcte. Je traverse le Nationaal Park De Loonse en Drunense Duinen, une réserve naturelle au nord de Tilbourg. Je n’en vois que la piste au milieu d’une forêt de résineux, mais c’est calme et ça ressemble aux vacances de cette année.

Alors que le compteur indique 150km, mes jambes recommencent à répondre. J’ai attendu 13h pour pique-niquer, tout en ayant peu mangé la veille et le matin avant de partir, j’imagine que c’est lié. Peut-être est-ce aussi similaire au « mur » que rencontrent les marathoniens. En attendant, je suis dans les environs d’Eindhoven, et c’est de nouveau monotone. Je continue de regretter mes écouteurs.

Vers 15h, traversée de Valkenswaard. C’est là que vit Bert, qui nous avait accueillis l’an dernier pour notre troisième nuit. Bert c’est vraiment LA personne qui nous a marqués au cours de ce voyage. Son profil sur Warmshowers indique qu’il est disponible en ce moment : il est peut-être dans le coin. Je passe devant sa maison, je sonne… Mais pas de réponse. Tant pis…

Arbres résineux de la province du Brabant

Arbres résineux de la province du Brabant

Il reste une quarantaine de kilomètres jusqu’à Grathem, essentiellement à travers la forêt. Les kilomètres qui défilent sur le compteur me motivent bien, et c’est en bonne forme que j’arrive dans le jardin de Jackie et Simon, un peu avant 17h et après 186km. Ils m’offrent un thé et on papote un peu. Je suis content d’apprendre que la saison a été très bonne pour leur chambre d’hôte.

La Haye - Grathem, 186km : ça, c'est fait

La Haye – Grathem, 186km : ça, c’est fait

Après être resté une petite demie-heure, je repars pour Roermond, à une douzaine de kilomètres. Je tourne un peu en rond dans la ville avant de tomber sur la gare. Et c’est fini pour aujourd’hui 🙂

Grathem - Roermond, 12km : ça, c'est fait aussi.

Grathem – Roermond, 12km : ça, c’est fait aussi.

Retour en train sans problème. Une bonne nuit de sommeil, et deux heures de sieste le lendemain après-midi.

Bilan :

  • Départ 7h10, arrivée à Roermond 17h50
  • Distance : 198,13km
  • Temps sur le vélo : 8h41’36 »
  • Vitesse moyenne : 22,79km/h

Si c’était à refaire : manger plus régulièrement dans les premières dizaines de kilomètres et partir avec des écouteurs.

« « L’épopée du retour…| Een echte franse schotel! » »

3 Responses to Métaphysique de la longue distance

  1. Julia

    Sympa la vidéo, merci !!! 🙂

  2. rom

    on t’attend a heverlee d’une minute a l’autre du coup, ironman!

  3. Manu

    J’en reste baba… bel exploit!
    J’y penserai quand je trouve le trajet jusqu’au travail un peu long sur mon super vélo hollandais!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *