browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Alerte à Malibu

Posted by on 18 juin 2017

On se pose souvent la question suivante : que faire le week-end aux Pays-Bas quand il fait beau ? Et tout aussi souvent, la réponse est : du vélo.

Il y a bien longtemps que nous ne sommes pas remontés sur le tandem pour autre chose que le trajet de la maison au travail. Trajet qui s’est bien raccourci, soit dit en passant, puisque suite au déménagement, il est passé de presque dix kilomètres à moins de quatre.

Pour notre première sortie de la saison, nous choisissons un coin où nous sommes rarement allés : le Delfland, c’est entre La Haye, Rotterdam et l’embouchure du port de Rotterdam. PetitLait nous accompagne, juché dans son siège sur le porte-bagages : la remorque reste à la maison. Eh oui, PetitLait a eu trois ans le mois dernier. Long days, short years.

Juste avant de partir, je tente de provoquer une réaction chez Mirabelle.

Accoutrement

Ça marche : elle trouve ça tellement immonde qu’elle couvre les yeux de PetitLait puis me jette mes chaussures de vélo à la figure.

On fait environ vingt minutes de ville, puis c’est l’heure d’un selfie, on aime toujours bien.

Selfie de casque

Le Delfland est une région dans laquelle il y a beaucoup de serres. Nous avons vu essentiellement des tomates et des orchidées.

Serre-moi un jus de tomates

Ça serre à rien

Notez que comme les frères Cho7 sont restés à la maison, je suis contractuellement obligé d’assurer un minimum de jeux de mots pourris.

Nous rejoignons la LF1, la piste cyclable qui longe le bord de mer. Nous laissons alors les serres derrière nous et rejoignons les dunes.

Tout au fond : une dune !

Enfin nous arrivons à Hoek van Holland (littéralement : le coin de la Hollande), qui marque l’embouchure du port de Rotterdam et le début delta Meuse-Rhin. C’est aussi une station balnéaire, bien remplie aujourd’hui.

Plage

On retrouve les sauveteurs type « Alerte à Malibu » (sauf qu’on est aux Pays-Bas), et bon, Hoek van Holland c’est moins surfait que la Californie.

« Baywatch » traduit en néerlandais ça donnerait « Baaitoezicht »

PetitLait est tout content d’être à la plage : il adore jouer au sable. Il se trouve même un copain qui lui prête un tractopelle : le tractopelle du 18 juin.

Jeux d’enfants

Un peu plus loin se trouve une aire de jeux avec une table : l’endroit rêvé pour un pique-nique. Malgré les jeux PetitLait mange sa salade de riz et son jus de fruits. On ne reste pas trop, il faut encore rouler un peu et on promet une glace. Au moment de repartir, on lui met une compote dans les mains.

On vise une pause à Maassluis, à une douzaine de kilomètre de là. C’est bien trop long pour PetitLait qui réclame sa glace ! Nous nous arrêtons donc dans un snack pour acheter un cône à la fraise. Un peu plus loin, de la glace coule sur le t-shirt et le cuissard de Mirabelle, puis le reste du cône tombe sur la piste : PetitLait s’est endormi.

Bonne piste, vent dans le dos : on file toute blinde à Maassluis et on ne s’arrête pas, pour que PetitLait continue à dormir.

Maassluis

C’est joli Maasluis : une espèce de Delft de bord de mer, un peu comme Harlingen, dans les Frises, où nous sommes passés il y a deux ans.

Maassluis

Ensuite c’est du canal, pour changer, et on traverse le village de Maasland (c’est là qu’on a acheté le tandem).

Maasland

Maasland

À Maasland il y a l’air d’avoir une petite fête dans la rue, il y a des gens qui vendent des bijoux ou des bougies sur des petits stands. Et il y a un concert sur l’eau.

Musique

Musique

Un peu plus loin nous faisons une pause forcée : PetitLait a besoin de marcher. Eh oui, il grandit et il ne veut plus rester aussi longtemps qu’avant sur le siège du vélo. On aurait dû rajouter une pause à Maassluis quand il s’est réveillé. On le saura pour la prochaine fois.

Nous ne sommes plus très loin du bercail, plus qu’une clause du contrat à honorer : la photo de moulin.

Vue de n'importe où aux Pays-Bas

Vue de n’importe où aux Pays-Bas

Restent une poignée de kilomètres. Sur la fin, Mirabelle a mal au genou, elle appuie moins fort sur les pédales ; quant à PetitLait, il est pressé de rentré : voilà votre serviteur bien mis à contribution.

Dernière ligne droite et notre quartier apparaît : pied à terre et vélo au garage.

Vous nous suivez depuis un moment, vous savez qu’on aime bien clore une sortie de vélo avec une petite douceur (appelgebak, riz au lait, poffertjes, etc). Hier donc, j’ai préparé un crumble au fruits rouges.

Las, au moment de le ranger au frigo, une clayette a cru bon de se faire la malle, et le crumble a fini par terre, mélangé à la multitude d’éclats de verre du plat dans lequel il avait cuit. En réalité, c’est dans la poubelle qu’il a fini, puisque j’ai quand même nettoyé. Mais on a dû se rabattre sur un plan B, qui aux dires de ma coéquipière, n’était pas si mal que ça (Bretons, attention, fermez les yeux).

Crêpe aux fruits avec de la glace

C’est l’heure du bilan :

  • distance parcourue : 56,42km
  • temps de parcours : 3h 03
  • vitesse moyenne : 18,42km/h (en réalité on a flingué notre moyenne à 2 reprises, en poussant le vélo à Hoek van Holland et après Maasland, quand PetitLait a voulu marcher un peu)
  • vitesse max : 30,24km/h
  • dénivelée : 66m (allez savoir si ça veut dire quelque chose)
 
 

« « Une surprise dans le jardin| Un nouveau départ » »

3 Responses to Alerte à Malibu

  1. Nancy

    C’est agréable de voir que vous êtres sur la route á nouveau!
    Savez-vous où je pourrais avoir des chaussettes comme celles-lá?

  2. Serge BOUHANA

    Quel parcours épique ! On dirait Koh Lanta !
    Bises

  3. Renée

    Génial ! A publier sur un dépliant touristique sur la Hollande méridionale !
    Trêve de plaisanterie, la plage est belle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *