browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

En Tandem jusqu’à Noorden – 100 km aller-retour

Posted by on 12 août 2012

Que faire lorsqu’il fait beau par un dimanche ensoleillé au Pays-Bas : du vélo bien sûr !

Donc on s’est mis en quête d’un petit itinéraire bien sympathique pour agrémenter le deuxième jour de week-end, histoire d’élever le niveau d’activité de l’appartement, parce que c’est pas sur Fizz qu’on peut compter quand il s’agit de se dépenser.

Emergée du lit vers 9h, petit déjeuner, préparatifs : Manu à l’itinéraire, Mag‘ à la salade de pâtes, quelques fruits secs et deux gourdes d’eau fraîche plus tard nous voilà prêts à attaquer notre sortie à vélo.

Manu nous a concocté une « petite boucle » de 100 km pour aller découvrir le Groene Hart (le coeur vert) de la Hollande, avec un passage du côté d’étangs réputés pour leurs oiseaux et leurs néerlandais aquatiques.

12h30 : Premiers coups de pédale (hé, c’est dimanche après tout). Pas de bol, on a le vent de face. Autant dire qu’après 1h de route, et à peine plus de 20 bornes à notre compteur, on n’en mène pas large, surtout pour Manu, il se prend tout le vent alors que j’ai le loisir de photographier… une cigogne !

Une cigogne égarée, loin de son Alsace natale ?

Il s’avèrera qu’on en croisera tout un tas, à croire que lorsque les hollandais descendent sur la côte d’azur en caravane, les cigognes en profitent pour passer leur vacances dans le Groene Hart, elles ont raison, c’est tout vide.

Contraints à la pause fruits secs histoire de remettre du carburant dans les mollets, nous nous arrêtons en faisant mine de regarder notre itinéraire.

En fait on suit des numéros, un système tout à fait génial pour faire des balades, sur le site sur Internet de Falk, il suffit de définir son itinéraire, et le site le transforme en une série de numéros à suivre, comme des points à relier pour deviner quel dessin se cache là-dessous. Et le plus merveilleux dans l’histoire, c’est que ces numéros sont indiqués le long des routes, quand on vous avait dit qu’ils étaient forts en ce qui concerne le vélo les Frubudus !

Donc nous avons commencé par suivre le 35, suivi du 34, et ensuite le 46. Bon on a eu du mal à le trouver celui là, mais comme Manu avait eu l’idée génialissime de rentrer notre itinéraire dans mon iGPSphone, on a tout de suite vu qu’on déviait !

L’idée c’était de faire la moitié du parcours jusqu’au n°57, et de s’arrêter pique-niquer. Mais au bout de 30km de vent de face, il fallait qu’on se rende à l’évidence qu’on n’allait pas y arriver, sur les coups de 14h la faim a sérieusement commencé à se faire sentir. Nous nous sommes donc attablés à une aire pic-nic avec un couple de retraités néerlandais, eux et leurs sandwiches pain-mou/fromage et nous et notre salades de pâtes-mozza-poulet fumé-tomates cerises. Ça claque quand même plus ! Et en dessert : une banane. J’ai oublié un œuf dur chacun, tout le monde s’en fiche, mais c’est ce qu’on a mangé !

La pause déjeuner finie, il était temps que nous remontassions* en selle, toujours avec ce foutu vent de face. D’après l’itinéraire et les cartes, à partir du n°57 tout allait changer, notre direction et celle du vent.

C’est donc vers le n°57 de la délivrance que nous pédalions avec l’énergie du désespoir. Les promesses du 57 qui me rappellent ma Moselle natale. Presque 20km plus loin au n°83 nous apercevons un petit café, l’arrêt terrasse s’impose : les gourdes sont à sec ! Pour nous désaltérer, une recette allemande : orange-schorle : un mix de jus d’orange et d’eau pétillante, ca désaltère plus qu’on ne le pense. On a pu faire remplir nos gourdes au bar, ouf, nous sommes parés pour le n°57. Après moult allers et retours, impossible de trouver notre chemin, Internet, notre GPS, le bouquin des routes, rien n’y fera. C’est alors que nous nous décidons d’aller voir ce n°57 d’un peu plus prés :

La « route » du n°57

En fait de route, c’est un bac qu’il faut prendre, et le dernier de la journée et parti … il y a 1/4h. Dommage ça aurait pu être sympa de prendre le bateau en vélo, ils ne font pas de supplément pour les tandems ;-).

Heureusement notre Bison Futé local, j’ai nommé Génépi, nous trouvera un itinéraire bis de toute beauté, au milieu de l’étang, le chemin doit faire 1m de large maxi, et les croisements sont épiques avec d’autres vélos/bakfiets. Mais le paysage en vaut le détour :

Vue au milieu de nulle part

 

Sortis de ce qui semble être un parc naturel, nous pouvons enfin donner de nos mollets et faire honneur à notre TGV (Très Grand Vélo), sur de l’asphalte qui ressemble à du velours nous piquons une pointe à environ 41,81km/h, vent de dos ça aide c’est vrai, mais quand même ! Suite à cela nous filons sur les routes au Gouda à une allure d’environ 30-32km/h. Alors pour m’occuper je regarde le paysage qui défile. Voici un bon aperçu de mon point de vue :

Un panorama vu du passager (passager, passager… hého, je pédale quand même, hein!)

Je devrais d’ailleurs émettre l’idée à Manu de porter un polo imprimé Le Monde, ça me ferait de la lecture pour les longues lignes droites ;-). Ou alors d’y greffer un oreiller, un porte-revue, c’est fou les idées qu’on peut avoir lorsqu’on voit un dos pendant plus de 4h.

Le chemin du retour s’avère beaucoup plus plaisant qu’à l’aller, fiers de notre moyenne, nous croisons d’autres tandemistes, qui nous feront le signe « V » secret de la confrérie des gens-qui-sont-cools-à-deux-sur-un-vélo.

Ah oui tiens ! Super anecdote, un type nous a demandé sérieusement si nous avions perdu un de nos vélos avant de se rendre compte qu’on avait deux selles sur le nôtre.

Tout à notre pédalage, nous atteignons une ville connue de vous tous, j’ai nommé :

Mangez des pommes !

BOSKOOP

Vous l’ignoriez sans doute, mais voici la ville d’origine des pommes dont vous vous régalez l’automne venue.

La fin de l’itinéraire ne sera marquée que des dizaines de km que nous avalons à coup de pédalier, la fatigue pointant le bout de son nez, nous nous encourageons d’une tape dans la main à chaque passage d’une dizaine. C’est alors que Manu freine brutalement au milieu d’un carrefour sans piéton ni voiture :

100km et un superbe klaxon

100 km !!! Tout rond. C’est peut-être tout bête, mais ça fait rudement plaisir.

S’en suivront les 3 derniers kilomètres les plus longs de l’histoire du cyclisme néerlandais. Cap sur la maison, on est rincés, mais contents, contents d’avoir fait nos premiers 100 bornes en tandem, contents de retrouver l’inutilité poilue qui nous sert de chat et contents de se poser pour profiter des derniers rayons de soleil sur notre terrasse, sirotant un mango-schorle, grignotant quelques tomates cerise et des billes de mozza tandis que la ratatouille et le saumon cuisent à petit feu.

« Glou, miam, schlurp »

Bilan de cette sortie du dimanche :

103,56 km

4:55:08 de route

21,17 km/H de moyenne

et une pointe à 41,81 km/h

un dénivelé d’environ ± 0m positif

le tibial antérieur et le quadriceps droit antérieur sont très utiles pour faire avancer un vélo, mais une fois qu’on descend dudit vélo, on se rend vite compte que ce sont des muscles de merde.

 

Pour les curieux, voici notre itinéraire complet (notez comme aux Pays-Bas, la fonctionnalité relief des cartes google, on s’en fout complètement) :


Parcours cycliste 1770177 – powered by Bikemap

 

Voilà, une journée bien remplie 😀

Mirabelle et Génépi

ah oui, si vous voulez nous raconter n’importe quoi, vous pouvez taper des lettres au hasard sur votre clavier dans la zone des commentaires, c’est fait pour ça !

* je m’étais fait le pari de mettre un imparfait du subjonctif, spéciale dédicace à la maman de Manu, même si c’est aussi les vacances pour les profs de Français.

« « Les rideaux sont là!| En tandem de Amsterdam jusqu’à Haarlem » »

17 Responses to En Tandem jusqu’à Noorden – 100 km aller-retour

  1. Gal Laure

    Vous êtes bien courageux….respect!
    Merci pour ce petit récit, on s’y croirait!
    Bises et à bientôt
    Laure

  2. Renée Bouhana

    Bravo pour votre périple, pour le style de Mirabelle et pour l’imparfait du subjonctif qui m’est dédié !
    Bisous

  3. BOUHANA Serge

    Bravo à tous les deux pour cette performance et merci pour ce « road movie ». On s’y croirait.
    Au fait, vous ne faites pas de tour de rôle à l’avant-poste du tandem ?
    À vous des mollets d’acier dans pas longtemps !
    Bises

  4. Antoine

    Merci pour ce récit ! ça donne envie !

  5. fabienne

    Je partage l’avis de Serge : pourquoi pas un tour de rôle à l’avant ?
    Chapeau bas, il faut le faire…
    bisous

  6. Mag

    Coucou à tous,
    merci pour tous ces gentils commentaires. Pour répondre à quelques uns. Vous êtes évidemment les bienvenus pour venir vous frotter aux pistes cyclables d’ici ! Ce jour là promi, on refrénera les ardeurs de Génépi pour réduire le circuit.

    Quant à savoir pourquoi on n’inverse pas de temps en temps les rôles … et bien la seule fois ou on tenté l’aventure, ca n’a pas duré 30s, j’ai eu très peur car un tandem ca bouge dans tous les sens, et j’avoue que mon sens de l’orientation laisse quelque peu à désiré ! 😉

    Mais finalement pourquoi pas retenter d’inverser les rôles …

  7. Nicolas Roche

    Salut les loulous… Quel Vélo !!! 😉

    Belle balade et content de voir que vous vous acclimatez bien 🙂

    A bientôt en septembre…
    Bises

  8. Francois

    charmante ballade… 100 km à velo, cela ressemblait à une gageure avec mon reférenciel limousin (là d’où je viens les plats font environ 20 à 30 m maxi, en haut de la colline ou en bas de la colline, alors 100 km…). Félicitations pour la belle ballade et en plus en une demi-journée seulement. Vous allez bientôt pouvoir faire le Paris-Roubaix à la nage.

    A bientot.

  9. Manu

    Prochain week-end on va jusqu’à Vladivostok et on revient.

  10. Julia

    Super ce récit !
    Promis, nous viendrons vous accompagner prochainement !! 🙂

  11. JD

    « ah oui, si vous voulez nous raconter n’importe quoi, vous pouvez taper des lettres au hasard sur votre clavier dans la zone des commentaires, c’est fait pour ça ! »

    Challenge accepted :

    zlgjqorhgaioepùaejomnuvgsdvipuojaùergmnjiuzyOVUQHBRLGHDMHJLKCQLHbjkmjerbqghivjzq.

    Voilà.

    • Mag

      Je me demandais qui allait relever le défi, pourquoi ne suis-je pas étonnée :-p !

  12. JD

    By the way, c’est un bien joli récit.

  13. Ln

    Cool !
    pour avoir fait Metzeresche – Volstroff – Metzervisse – Metzeresche sur le tandem de ma soeur derrière mon père, je confirme que je préfère avoir MON vélo … et je comprends tout à fait le passage concernant le dos du conducteur, lol !!!!
    Par contre, MON vélo prend la poussière sérieusement, ici : trop de vent + trop de pluie = jamais le courage …
    Bises

    • Mag

      Hey ! Salut Ln !!!

      un p’tit message ça fait toujours plaisir 🙂
      Pour le tandem, c’est un coup à prendre, au début c’est assez bizarre de rien contrôler du tout (virage, passage de vitesse), mais au final avec un peu de pratique on apprend à faire confiance ! Et pis si j’ai moins envie de pédaler, hi hi hi ça se voit moins derrière 😛

      Et pour le temps, ici c’est comme en Bretagne : vent et pluie, mais je crois que c’est quand même beaucoup plus plat ! D’ailleurs les néerlandais sont immunisés contre le vent et la pluie, nous pas encore … alors on profite de l’été entre 2 averses pour se dégourdir les jambes.

  14. Florent

    Joli exploit !
    D’ailleurs comment se nomme ce dopant en 3 lettres commençant par E et terminant par O qui vous permet de tenir le coup chaque jour de travail et bien plus encore apparemment….?

  15. Mag

    Salut Florent,
    nous on bosse à l’EPO 🙂 et toi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *