browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

En tandem de Amsterdam jusqu’à Haarlem

Posted by on 19 août 2012

Non, je n’ai pas fait de faute dans le titre : Haarlem est une ville des Pays-Bas et pas un quartier de New-York.

Bref. La semaine dernière, nous répondîmes (1) à la question : que faire lorsqu’il fait beau par un dimanche ensoleillé au Pays-Bas ?

Ce week-end, nous avons essayé de répondre à la même question, et les mêmes causes produisant les mêmes effets, la réponse a été la même. Nous sommes donc repartis faire un tour en tandem.
Mais cette fois-ci, la force de l’expérience et l’entraînement ont parlé : nous sommes rentrés beaucoup moins fatigués que la semaine dernière, alors que la distance était, à peu de choses près, la même.

Ayant écumé les chemins autour de La Haye, avant déjà bien découvert le Groene Hart et peu enclins à aller vers le sud, c’est à dire traverser les villes de Rotterdam et Dordrecht pendant presque 20 km, nous décidons cette fois d’aller faire un tour un peu plus au nord, vers Amsterdam. La première étape est donc de prendre le train.

Mais profitons du train pour découvrir notre vélo.

Observons la vue d’ensemble à la Fig. 1.

Fig. 1 : Tandem et son fringuant pilote

Vous pouvez ensuite voir les différents équipements: (Figs. 2-9)

Fig. 2 : klaxon du co-pilote

Fig. 3 : ordinateur de bord

Fig. 4 : équipements de sécurité

Fig. 5 : GPS manuel

Fig. 6 : Phare avant au xénon

Fig. 7 : mini-bar

Fig. 8 : tableau de bord

Fig. 9 : Moteur 4 cylindres

Dans le train, nous demandons à un monsieur de nous prendre en photo. Après un long débat philosophique sur qu’est-ce qu’une photo, le côté spontané et instinctif de la prise de vue, la nature de l’image, nous avons choisi de vous montrer le résultat :

Deux tandémistes vus par un monsieur (qui a oublié ses lunettes à la maison ?)

Nous débarquons à la gare d’Amsterdam, et nous fonçons vers l’est, direction l’Ijsselmeer.
L’Ijsselmeer est un ancien golfe de la mer du Nord (appelé alors Zuiderzee) fermé en 1932 par une digue qui relie les provinces de Hollande Septentrionale (où se trouve Amsterdam) et des Frises (la partie nord du pays). Nous pédalons alors sur une digue qui borde la partie sud de ce lac, appelée Markeermeer.
Piste cyclable fort étroite, beaucoup d’autres cyclistes, mais le paysage est magnifique et très tranquille. Le coin est touristique mais en dehors de l’agitation du Ranstad…

Un parking aux alentours de Uitdam

Une image qui ferait trembler de froid un Breton : des gens qui se baignent dans la mer du Nord (2)

Nous croisons Elise, une de nos amies. D’habitude elle vit en région parisienne et ne porte pas de plaques d’immatriculation néerlandaises.

Après une vingtaine de kilomètres, nous quittons le bord de l’eau pour rentrer davantage dans les terres, car Haarlem est à l’ouest d’Amsterdam (3). Nous passons par la ville de Monnickendam, dont la spécialité est d’avoir une église.

La fameuse église de Monnickendam

A Monnickdendam, nous frôlons l’accident : des inconscients n’ont rien trouvé de mieux à faire que d’organiser une discussion (pas très intéressante, en plus, de ce que j’ai entendu) sur la piste cyclable ! On n’a pas idée, tout de même.

Conférence oiseuse à Monnickendam

Heureusement, nous sommes peu après rassurés par un paysage accueillant comme seuls les Pays-Bas en sont capables.

Vue de n’importe où aux Pays-Bas

Mais trêve de pédalage, nous avons déjà fait 40 kilomètres, il fait chaud et cela fait bien 7 ou 8 kilomètres que nous cherchons un coin à l’ombre pour la pause déjeuner. Oui, aussi incroyable que cela puisse paraître, car nous sommes aux Pays-Bas, il fait très chaud et le soleil tape trop fort. C’est le monde à l’envers. Une preuve de plus qu’avec tous ces satellites, ils vont nous dérégler le climat.
Mais laissons ces considérations politiques et concentrons-nous sur quelque chose d’un peu plus consistant : de la salade de sarrasin, des spéculoos et une banane.

Recharge des batteries

Pendant notre pause, un monsieur vient nous demander où se trouve le stade de foot. Ça tombe bien, nous sommes passés devant il y a quelques minutes. Mais comme nous lui offrons un spéculoos, il en profite pour nous poser des questions et nous raconter sa vie. Un peu inattendu mais gentil.

Nous le reverrons sur la route un peu plus tard, à l’opposé de la direction que nous lui avions indiquée. Tirez-en les conclusions que vous voulez, nous on a notre idée.

Un monsieur qui nous parle de Val d’Isère et de l’écluse de Thionville tout en mangeant religieusement le spéculoos que nous lui avons offert

Un rangement et un renouvellement du stock d’eau plus tard (merci au monsieur d’à côté), nous voilà repartis. A 14h. Autant dire que nous morflons. Le soleil tape encore plus fort et il n’y a quasiment pas de vent. Nous avons beau boire et nous asperger de flotte, il fait toujours aussi chaud. Tellement je suis concentré sur mon pédalage et les kilomètres qui défilent, je ne me souviens pas très bien de cette partie du trajet. Si ça se trouve, je suis tombé dans les pommes sur le bord de la route ou alors j’ai mis le tandem dans un canal, aucun souvenir.

Arrivés à Heemskerk, pas très loin de la côte, il est temps de partir vers le sud pour rejoindre Haarlem. Nous en profitons pour faire une petite photo-souvenir qui rappelle sa région à Magalie.

Notez la composition et comme le panneau « piste cyclable » est bien net (4)

Après Heemskerk, il s’agit de traverser le port de d’Ijmuiden, et pour cela il faut aller en direction de la mer, ce qui signifie que nous avons le vent en pleine tronche, et que c’est pas drôle. Heureusement, quelques nuages sont apparus et il fait un peu moins chaud.

Sur une écluse, nous voyons le pétrolier THORM HELSINGOR (qui, comme son nom l’indique, bat pavillon panaméen) appareillant pour New York. Vous vous demandez comment je sais ça, hein ? Petits curieux !
Je vais vous le dire, je l’ai lu ici.

Frêle esquif

Après la traversée d’Ijmuiden, pas très marrante – ce n’est pas une très jolie ville et des travaux nous ont fait faire un détour par une zone un peu moche, nous roulons à travers le parc naturel du Zuid-Kennermeerland.
Ça commence par la plage et le reste c’est que de la forêt, avec, ô joie, de la fraîcheur et de l’ombre.

Vélo sur fond de plage d’Ijmuiden

Traversée de la forêt du parc à une vitesse délirante, comme la photo le laisse penser

Après le parc, restent quelques kilomètres dans les rues de Haarlem, pour rejoindre la gare. Nous pouvons alors chiffrer nos exploits :

  • 95,51 kilomètres parcourus entre Amsterdam et Haarlem, sans tenir compte des 3,5km entre la gare de La Haye et chez nous ;
  • 4h35 sur le vélo, soit :
  • 20,82 km/h de moyenne, avec :
  • une pointe à 41,81km/h ;
  • une consommation de 7 litres d’eau

Le train qui nous ramène à La Haye est un Sprinter, c’est à dire un tortillard qui s’arrête dans toutes les gares, y compris celles qui desservent environ 0 habitation. N’empêche que c’est le meilleur train dans notre cas parce qu’il y a de la place pour les vélos et qu’il n’y a pas de marche entre la plateforme du train et le quai.

Comme la dernière fois, un tracé de notre trajet :


Parcours cycliste 1785838 – powered by Bikemap

 

(1) Dédicace pour Maman
(2) En vrai, j’aime les Bretons et à Paris des fois je vais manger des crêpes rue d’Odessa
(3) Alors que nous somme partis vers l’est. Il faut suivre, un peu !
(4) En vrai, elle fait des photos qui tuent. Surtout des photos d’enfants, et ça c’est vrai. Mais un panneau de rue ressemblant assez peu à un enfant, elle était un peu perdue.

 

C’est fini ! Vous êtes sur internet, et en plus sur un blog, alors écrivez n’importe quoi dans les commentaires, c’est à ça que ça sert ! (5)

 (5) Jérémy, tu peux écrire « n’importe quoi » dans un commentaire.

« « En Tandem jusqu’à Noorden – 100 km aller-retour| Aux Pays-Bas tout fout l’camp » »

11 Responses to En tandem de Amsterdam jusqu’à Haarlem

  1. JD

    « N’importe quoi dans les commentaires, c’est à ça que ça sert » ou bien « « n’importe quoi » dans un commentaire. » ? Je suis un peu perdu…

    Très joli trip et récit encore une fois. Pour pimenter un peu la prochaine « ballade », deux défis : Se faire prendre en photos avec quelqu’un qui porte quelque chose de Oranje, et caser le mot dithyrambique dans le récit.

    • Manu

      Challenge accepted.
      Par ailleurs, il te faut savoir que j’ai casé les expressions « c’est mal » et « ça, c’est fait »(®Brice de Nice) dans ma soutenance de thèse.

  2. Gal Laure

    Bravo à vous!
    Si vous faites ça tous les we, vous allez avoir des mollets en acier!
    Bises

  3. Mag

    Salut Laure,
    aujourd’hui c’est plutôt de plomb que sont fait mes mollets :-/ !

    Mais bon, il faut profiter des beaux jours au maximum, on ne sait jamais quand ça s’arrêtera.

  4. Antoine

    Super une nouvelle fois ! À la semaine prochaine 😉

  5. Julia

    Trop long d’attendre dimanche prochain pour le nouvel épisode ! Vous pourriez aller rouler en semaine quand même… 🙂

  6. Elise

    Chouette, j’ai ma photo.

  7. Nad

    Encore bravo! Mdr, Lol etc.
    Succulents ces petits récits, manque juste la recette du casse-croûte et une vraie photo de vous 2 sur le vélo cette fois-ci! On peut donner des défis alors? Chouette j’y réfléchis… Manu t’as pas osé le « cassé » dans ta thèse? Bon les 2 autres expressions étaient déjà pas mal faut reconnaître! Merci pour ces « récits à 4 mains d’escapades en 2 chevaux ». Grosses bises, à bientôt. Nad

  8. BOUHANA Serge

    Toujours aussi impressionnant ce road movie.
    Bravo et à dimanche prochain.

  9. BOUHANA Jean

    Attention le Breton peut être suceptiblequestion métée et température de la mer; mais je vois que nous sommes maintenant logés à la même enseigne!
    J’ai été grandement impressionné par le moulin hollandais; je veux dire le moteur 4 cylindres, apparemment avec arbre à came en tête (ouaf ouaf, typique des pays bas)
    Bises aux sportifs.
    ps:Vous devez avoir les mollets marqués par les pinces à vélo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *